Après un mondial réussi, l’équipe de France continue sur sa lancée. Samedi soir, les Bleus ont battu le Portugal 2 buts à 1. Pascal Boniface était au stade de France. Il a noté que la moitié des tribunes soutenait le Portugal. Un constat qui ne l’a pas choqué, mais il s’est rappelé comment les médias avaient abordé les matchs opposant la France à l’Algérie.

Samedi soir au stade de France, après un match fort agréable, l’équipe de France a battu le Portugal 2 buts à 1. Confirmation de la montée en puissance des Bleus avant l’Euro 2016 et après un mondial réussi. Ce fut une très belle soirée, laissant malgré tout place à quelques interrogations.

D’une part, la moitié du stade était en faveur de l’équipe visiteuse. Pourtant, nul convoi de Lisbonne ou de Porto n’était venu peupler les tribunes du Stade de France. Les supporters de l’équipe du Portugal étaient venus en voisins. C’était des Français d’origine portugaise vivant en Île-de-France. Phénomène prévisible, vue l’importance de la communauté des Français d’origine portugaise vivant dans cette région et leur amour du football.

On soutient d’abord l’équipe de nos origines

Sur la route du stade, je me suis fait interpeller de façon amicale par des jeunes supporters me disant :

« On va gagner contre vous. »

Nous avons pourtant la même nationalité, nous votons tous et payons des impôts en France mais nous n’avons pas les mêmes racines. Ceci ne me choque en aucune manière. Je trouve plutôt sympathique que la France soit ce pays fait d’origines multiples où chacun peut sentir à la fois Français et différent.

Je sais que ces mêmes Français d’origine portugaise soutenaient à la fois le Portugal et la France pendant la Coupe du monde et que le Portugal éliminé, ils ont reporté leur « supporterisme » sur la seule France. Et il en va de même pour tous les Français qui ont des racines étrangères. Qu’ils soient d’origine polonaise, néerlandaise, allemande, sénégalaise, portugaise, espagnole, algérienne, marocaine, tunisienne, ils vont d’abord soutenir l’équipe de leurs origines ou de l’origine de leurs parents, puis l’équipe de France.

Si les Bleus sont opposés à leur patrie d’origine, leur choix, parce qu’ils s’estiment minoritaires et redevables du parcours de leur parents, va généralement être celui du pays lointain. En dehors de cette circonstance, ils vont être les plus chauds partisans de l’équipe de France.

Cela ne me choque en aucune manière et comme dit la chanson, « tout ceci fait d’excellents Français ». Ce qui change, c’est la réaction vis-à-vis de ce double attachement.

Hier, les médias n’ont pas été choqués que, pour un match de l’équipe de France à domicile, le stade soit à moitié aux couleurs de l’équipe visiteuse.

L’attitude ambiguë des médias

Alors que dans un tweet au début du match j’écrivais « une grande partie du stade supporte le Portugal. Je comprends. D’autres ne comprennent pas quand la France joue contre un pays du Maghreb », quelqu’un m’a répondu « mais au moins la marseillaise n’est pas sifflee ».

Hélas, à la 44e minute, alors que la moitié du stade entonnait « la Marseillaise », l’autre moitié la sifflait. Et régulièrement, on a entendu « Portugal Portugal » clamé avec enthousiasme dans les gradins. De nouveau, je trouve ceci en aucun cas problématique et tout à fait compréhensible.

Ce qui l’est moins, c’est la différence de la réaction de l’environnement médiatique. Car imaginons que, samedi soir, la France fut opposée à l’Algérie, au Maroc ou la Tunisie. Imaginons que la moitié du stade supporte l’équipe visiteuse. Imaginons que « la Marseillaise » eut été sifflée. Nous nous aurions eu tout de suite les réactions immédiates sur les chaînes d’information continue et le lendemain, les gros titres de la presse auraient été unanimes.

Qu’est-ce que cela veut dire sur les troubles de la société française ? N’est-il pas un désastre dans la politique d’intégration ? Ces gens-là sont-ils vraiment français ? Que peut-on faire ? N’est-ce pas la preuve de l’impossibilité de cette catégorie de personnes à devenir de vrais Français ? La différence de religion n’était pas le facteur explicatif de cet échec dans l’intégration ?

Mais pour ce match, on a traité le problème de façon tout à fait différente.

Phénomène comparable, réaction différente

Alain Finkielkraut n’est pas venu expliquer que la différence fondamentale de valeur, d’éducation et d’intégration de ces jeunes Français d’origine portugaise les rendait par définition hostiles à nos valeurs républicaines et haineux de la France.
Par Pascal Boniface

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here