Le refus du visa au journaliste du journal « Le Monde » qui devrait accompagner le Premier ministre français, Manuel Valls, en visite en Algérie à la tête d’une importante délégation n’est point une question de règlement de comptes avec l’administration dudit journal, selon des documents officiels.

D’après la même source, le directeur du journal français a reconnu l’erreur commise et présenté à deux reprises ses excuses au président Bouteflika à travers une correspondance adressée à l’ambassadeur d’Algérie à Paris, Amar Bendjamaâ.

Selon le contenu de la lettre signée par le directeur du quotidien hexagonal et envoyée le 7 avril dernier à l’ambassade d’Algérie à Paris, soit 24 heures après la convocation de l’ambassadeur de France à Alger, Bernard Emié par le chef de la diplomatie algérienne, Ramtane Lamamra, il a été précisé que « contrairement à ce que la photo en Une du Monde du 5 avril a pu laisser croire, le nom du président algérien, Abdelaziz Bouteflika, n’apparaît pas dans les Panamas papers».

Rappelons que Le Monde a illustré la photo du chef de l’Etat en Une de son numéro du mardi 5 avril titrée: « L’argent caché des chefs d’Etat».

Selon des sources diplomatiques, le refus du visa au journaliste du quotidien Le Monde n’est nullement lié à la publication de la photo du président Bouteflika au côté d’autres chefs d’Etats présentés comme impliqués dans le scandale de « Panama papers » mais il serait lié à un sujet aussi grave qu’une erreur professionnelle d’un journaliste.

Toutefois, nos sources ont refusé de divulguer les motifs exacts de ce refus au journaliste français qui devait être de voyage en Algérie pour couvrir les travaux de la 3ème session du Comité intergouvernemental de Haut niveau algéro-français (CIHN) qui se tiendra ce dimanche 10 avril.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here