Opération de charme en direction des Algériens de France

bakhchouch
1 825 Vues

Les ministres de l’Habitat et du Travail ont entamé, depuis vendredi, une tournée française à la rencontre de nos compatriotes de Paris, de Lille, de Lyon et de Marseille pour expliquer des mécanismes d’investissement avec l’aide de l’État.

C’est une véritable opération de séduction que se livrent le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelwahid Temmar, et celui du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mourad Zemali, en tournée en France depuis vendredi dernier pour prôner “la facilitation d’acquérir un logement ou d’investir dans le cadre de la microentreprise”.
Aussi à Paris, en guise de première escale avant de rejoindre  Lille-Belgique hier, Lyon aujourd’hui et clôturer avec la ville phocéenne, les deux ministres ont retrouvé les officiels, des membres de notre communauté et la presse à l’ambassade d’Algérie à Paris, et ce, en présence du consul général d’Algérie à Paris, des consuls de Bobigny, de Créteil, de Pontoise, de Nanterre et de Metz. Étaient également présents le P-DG du CPA, le président de la Chambre des notaires, le DG de l’ENPI, de la Cnac et de l’Ansej.

 

D’emblée, le ministre de l’Habitat a rappelé qu’“un quota de 2 247 logements a été dégagé comme première étape tout en menant un travail de recensement afin de connaître les réels besoins et d’adapter ainsi l’offre en question”. Il indiquera que “depuis le lancement de l’opération il y a eu plus de 16 000 souscripteurs dont 13 963 de notre communauté établie en France, soit  84% de la demande à travers les 24 wilayas ouvertes”. Il précisera que “cela s’étendra, plus tard, aux 48 wilayas, et ce, en fonction des  disponibilités foncières et des capacités”. Cette opération, lancée le 1er février 2018, concerne des modèles de logements conçus en fonction des spécificités de chaque région, et qui se déclinent en collectif, semi-collectif et individuel avec une typologie F3 (80m2), F4 (100 m2) et F5 (120 m2). À noter que cette formule de logement aidé par l’État à l’attention des émigrés, tant attendue et tant réclamée, n’a pas connu l’engouement escompté, et ce, depuis son lancement le 1er février dernier. C’est ce qui expliquerait, probablement, le déplacement de Temmar qui a insisté sur les avantages.

 

“La majorité de la procédure se fait à distance. Le souscripteur peut prétendre à un prêt pouvant aller jusqu’à 90% du montant du logement et un taux d’intérêt bonifié de 3% seulement.” Il a également souligné que “les procédures administratives ont été réduites au maximum puisque le dossier ne comporte qu’une simple demande, à condition de ne pas posséder de biens en Algérie”.
Mourad Zemali n’a, quant à lui, pas tari d’éloges sur le dispositif Ansej indiquant que “le crédit bancaire peut atteindre 70% du montant du projet, que les intérêts sont bonifiés par l’État à 100% et que le délai de remboursement qui se fait entre 3 et 5 ans, peut aller jusqu’à 10 ans pour des projets dans le sud du pays”. Le ministre du Travail qui a également précisé que “800 secteurs d’activité sont concernés”, soulignera : “Nous pouvons accepter toutes les demandes. C’est sans limites pour les Algériens résidant à l’étranger, notamment ceux intéressés par le domaine des technologies, start-up…”

Nabila SaÏdoun / Liberte-algerie

Articles similaires :