Un communiqué en ligne émanant du consulat d’Algérie à Saint-Etienne dispose qu’il ne sera plus accordé les facilités dont jouissent actuellement les binationaux porteurs d’une carte d’identité nationale et d’un passeport étranger sans visa.

Dans ce communiqué on peut lire qu’« il est porté à la connaissance de nos ressortissants qu’à compter du 1 janvier 2016, l’entrée sur le territoire national sera subordonnée à la présentation d’un passeport biométrique. Pour les détenteurs de passeports biométriques étrangers, leur admission sur le territoire algérien sera soumise à la présentation d’un visa d’entrée.

Ainsi, les binationaux détenteurs de passeports biométriques français, ou tout autre nationalité étrangère, et qui souhaitent l’utiliser comme document de voyage, doivent établir un visa d’entrée auprès des consulats algériens.
Désagréments et difficultés des binationaux…

Cette mesure pourrait- elle être interprétée comme une mise à mal du principe de la double nationalité nonobstant la disposition du Code de la Nationalité qui stipule que « tout algérien qui n’a pas été déchu de sa nationalité est algérien sur le territoire algérien » ? Ou alors procéderait-elle d’un durcissement du contrôle aux frontières lié à la situation sécuritaire ?

Les services de sécurité soutiennent, eux, que «les détenteurs de passeports français doivent avoir un visa délivré par nos services consulaires en France ou dans un autre pays étranger. Un passager, même s’il est de nationalité algérienne, qui se présente avec seulement un passeport étranger sans visa à l’aéroport, sera systématiquement refoulé. Il s’agit d’une procédure ancienne prise dans le cadre du principe de réciprocité».

Il faut signaler que depuis le mois de juillet dernier, des binationaux témoignent de désagréments et de difficultés qu’ils essuient à leur entrée sur le territoire algérien.

Source :Mediaterranee / Photo: (D.R)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here