Réserves d’or: L’Algérie 25ème dans le monde, 1ère en Afrique

32 625 Vues

L’Algérie occupe le 25e rang mondial, le 1er rang africain et 3e des pays arabes par ses réserves d’or estimées à fin 2015 à 173.6 tonnes après l’Arabie saoudite (322.9 tonnes) et le Liban (286.8 tonnes), selon le classement des mondial de l’or. Le 11 mars 2016 l’once d’or est coté à 1274,15 dollars.

A prix courant, pour mars 2016, pour l’Algérie cela donne un montant légèrement supérieur à 7 milliards de dollars représentant environ 5% des réserves de change à fin décembre 2015.

Intervenant dans une conjoncture marquée par une crise économique et financière internationale, ces chiffres confirment que l’Algérie dispose de réserves qui peuvent l’épargner des conséquences de la situation. Ajoutée aux réserves de change placées dans diverses institutions financières internationales, la présence d’un aussi important stock d’or, renseigne sur la bonne santé financière de l’Algérie.

Pour les opérateurs étrangers, ce stock immédiatement convertible en moyens de paiement représente une garantie à même de susciter, pour quelques années encore, d’intenses courants d’affaires avec l’Algérie, quand bien même, les cours des hydrocarbures chutent. Reste à exploiter, à titre d’exemple, le site d’Amessmessa à Tamanrasset. Au niveau de cette ville, c’est, hélas, la recherche clandestine d’or qui bat son plein.

La Gendarmerie nationale de Tamanrasset avait attiré l’attention : en deux ans, entre 2014 et juin 2015, ses éléments ont arrêtés plus de 1.200 individus.

Au-delà de la place qu’elle occupe dans ce classement mondial, l’Algérie détient les mêmes réserves qu’en 2009. Pourquoi donc ces réserves d’or n’ont-elles pas bougé depuis cette date ? C’est la question que s’était posée le professeur Mebtoul qui précisait que la dépréciation d’environ 30% de l’or entre 2009 et 2015 a fait perdre plus de 2,5 milliards de dollars de sa valeur monétaire au stock algérien d’or.

Sur le plan international, un récent rapport indique que depuis janvier, la demande a grimpé de 21 % sur les trois premiers mois de 2016. Du jamais-vu, selon le Conseil mondial de l’or (CMO), depuis l’an 2000 qu’il a établit ses statistiques, jamais le CMO n’avait enregistré une telle demande au premier trimestre.

Entre janvier et mars, le monde s’est jeté sur quelque 1.290 tonnes d’or, soit une hausse de 21 % par rapport aux trois premiers mois de 2015, et de 16 % comparé au précédent. A contrario de la production, la demande de métal précieux a bondi sur les marchés financiers. Source : Elmoudjahid

Articles similaires :