Suicide d’étudiants algériens en France : les autorités algériennes accusées de «laxisme»

étudiants-algériens
3 998 Vues

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, l’association Algériens des deux rives et leurs amis (Adra) met en garde contre la multiplication des suicides parmi les Algériens établis en France, faisant état de deux nouveaux cas enregistrés cette semaine. Il s’agit, selon le communiqué, de deux étudiants, dont l’un «était connu, suivi et aidé» par l’association.

«Deux pertes de trop qui s’ajoutent à des cas de suicide déjà recensés depuis l’an dernier, sur les 26 000 étudiants algériens en France. Jusqu’à quand ?», s’interrogent les rédacteurs du communiqué. A cette occasion, l’association Adra tire la sonnette d’alarme, en rappelant le désarroi qui s’empare de la majorité de ces étudiants qui vivent dans «une précarité extrême», avec des locations d’appartement inaccessibles, une crise économique qui frappe de plein fouet toute l’Europe et un marché du travail saturé, auxquels il faut ajouter une législation défavorable et discriminatoire à l’égard de l’étudiant algérien», en ce sens que les accords du 27 décembre 1968 ne leur permettent pas de travailler plus de 17 heures par semaine, indique encore le communiqué.

L’association évoque également le problème du rapatriement des dépouilles mortelles d’Algériens décédés à l’étranger, dénonçant la «passivité» et le «laxisme» des autorités algériennes sur la prise en charge de cette question, et demande au gouvernement algérien de «dégager rapidement des fonds pour le rapatriement des dépouilles mortelles en application de la loi de finances 2015, en attendant le dispositif de soutien en préparation».

Articles similaires :